Actualités

Maquette du sabotage du pont de Reculafol transférée

Le 11/12/2019 Actus nantua Musée de La Résistance / Musée du Cheminot

Initialement présentée dans l’exposition permanente du Musées de la Résistance et de la Déportation de l’Ain et du Haut-Jura, cette maquette avait rejoint le Musée des traditions bugistes à Saint-Rambert-en-Bugey, proche des lieux du sabotage.

Faute de place pour la mettre en valeur, le Musée n’a pas souhaité renouveler le dépôt. Le 11 décembre dernier, cette maquette réalisée par l’ancien président du musée, Gérard Joud, a été transférée au Musée du cheminot. Elle a trouvé sa place dans ce musée au côté des différentes collections attestant du parcours des résistants cheminots d’Ambérieu-en-Bugey.

Zoom sur le sabotage de Reculafol

Le 9 juin 1944 à 15 h 50, un train de marchandises remorqué par la 141-D-397 conduite par une équipe de cheminots du dépôt d'Ambérieu est saboté.

L'équipe est composée d'un mécanicien de route, Joseph Grand, du chauffeur de route, René Jean Guillaume accompagné d'un autre chauffeur, Jean Deleaz, qui profite du trajet pour rentrer chez lui.

Les maquisards ont plastiqué les rails pensant que le train blindé allemand dit le "Paillu" passerait. C'est en fait ce train banal de marchandises qui fait les frais du sabotage. La locomotive se renverse dans l'Albarine et tue les deux chauffeurs : René Jean Guillaume et Jean Deleaz. Seul Josepl Grand survivra bien qu'il ait été gravement brûlé.