Stèles et mémoriaux de la Seconde guerre mondiale

23 image(s)

Consultez la page sur la mémoire des guerres

Le territoire de l’Ain a été la cible d'une féroce répression en raison de la vigueur et de l'efficacité de ses réseaux de résistance. Les opérations militaires et les rafles allemandes ont particulièrement impacté notre mémoire collective, en raison de la violence de ces épisodes et du lourd bilan humain qui en résulta. La grande majorité des victimes, fusillées ou déportées, l’ont été en raison de leur aide réelle ou supposée au réseau des maquis. En parallèle, la population juive a durement subi les lois antisémites du régime nazi, relayées par le gouvernement de Vichy. L'extermination des enfants de la colonie d'Izieu reste l'un des drames les plus marquants. De nombreuses arrestations de "suspects" isolés ont aussi été menées sur dénonciation ou de manière aléatoire. 


Au lendemain de la Libération, la reconstruction s’amorce difficilement. Dans les familles, on attend dans l’angoisse le retour des absents, prisonniers de guerre ou déportés. Ceux qui rentrent ramènent avec eux l’indicible. Le traumatisme est là, définitif. Pour autant, on ne veut pas oublier les disparus, tous ceux qui sont tombés au champ d’honneur ou sous la barbarie de l’ennemi. Vient la période de la commémoration et de l'hommage aux victimes. Le devoir de mémoire se construit progressivement. Au-delà des grands monuments départementaux élevés à Cerdon (monument des maquis) et à Nantua (monument aux déportés), le territoire se couvre de stèles et de mémoriaux pour perpétuer le souvenir, dans les communes comme sur les lieux des combats, des rafles ou exactions menées par l'ennemi. Portant le nom des victimes et rappelant au passant la nécessité de se souvenir, ces lieux de mémoire souvent modestes jalonnent les bords de routes, forêts et places de village. Des plaques sont apposées sur de nombreux bâtiments en hommage aux victimes, héros ou anonymes, marquant dans la pierre le souvenir de lieux symboliques de la résistance civile ou armée dans le département.

Voir aussi dans ce site : Musée de la Résistance et de la Déportation de Nantua et ailleurs sur le web : Mémoire de la Déportation dans l'Ain ; Maquis de l'Ain et du Haut-Jura


  • Dagneux - Prairie des 21 fusillés
  • Saint-Didier-de-Formans - Monument de Roussille
  • Villeneuve - Monument aux fusillés
  • Izieu - Maison d’Izieu. Mémorial des enfants juifs exterminés
  • Cerdon - Monument départemental aux Maquisards de l’Ain et du Haut-Jura
  • Nantua - Monument départemental aux Déportés de l’Ain
  • Nantua - Musée départemental d’Histoire de la Résistance et de la Déportation de l’Ain et du Haut-Jura
  • Amberieu-en-Bugey - Stèle Résistance fer
  • Aranc - Stèle du camp des Gorges
  • Bourg-en-Bresse - Lycée Lalande
  • Corveissiat - Stèle du camp de Cize et du commandement de Romans-Petit
  • Courmangoux - Site du Grand Brûle
  • Crottet - Monument de la Libération
  • Dagneux - Cimetière militaire allemand
  • Dortan - Stèle du château
  • Echallon - Monument aux Ailes Alliées
  • Hotonnes - Monument « Porte ouverte sur le maquis »
  • Izernore - Stèle U.S.A.A.F (United States Army Air Force)
  • L’Abergement-de-Varey - Stèle de la ferme de la Montagne
  • Le Plantay - Abbaye Notre-Dame de la Trappe des Dombes
  • Oyonnax - Mur des Résistants
  • Pont-de-Vaux - Hôtel du Raisin
  • Villieu - Stèle des combats de la Libération