Château de Saint-Bernard

Situé en bord de Saône, le château de Saint-Bernard a accueilli Utrillo, Valadon et Utter, peintres célèbres du Paris du début du 20e siècle. Au gré de la visite de ce site classé monument historique, on appréciera du haut du donjon le panorama sur les magnifiques jardins du château et la Saône.

 (jpg - 1950 Ko)

Une forteresse aimée des peintres

 (jpg - 713 Ko)

Tableau, huile sur toile, André Utter (1886-1948), dépôt du Musée de Brou à l'Hôtel du Département

L’origine du château est attestée dès le milieu du 13e siècle. Il appartient à la ligne défensive des forteresses faisant face à la Savoie. Les seigneurs d’alors, les Palatins de Riottier le vendent vers 1250 à Guichard de Beaujeu. Devenue la propriété de l’Église de Lyon à la fin du 13e siècle, il est pris et pillé en 1376 par les habitants de Trévoux et de Reyrieux, puis en 1468 par les mercenaires de Louis XI en guerre contre le duc de Savoie. Cédé en 1599 aux Covet de Montribloud, commerçants bressans qui connaîtront un essor remarquable et une fortune considérable, ils remanient le château au 17e siècle. Il demeure dans la famille jusqu'à la Révolution, époque à laquelle sont démolis les pavillons et tourelles.
L’édifice est surtout connu pour avoir été, à partir de 1923, la demeure et l’un des modèles préférés du peintre Maurice Utrillo (1883-1955), de son beau-père et ami André Utter (1886-1948) et de sa mère Suzanne Valadon (1865-1938), tous trois peintres connus de Montmartre. André Utter, blessé à la guerre en 1917 séjourne dans un hôpital militaire près de Belleville-sur-Saône, bientôt rejoint par sa femme Suzanne Valadon.  Séduits par la région, ils deviennent propriétaire du château de Saint-Bernard en bord de Saône en 1923. Les trois artistes y ont chacun leur atelier et s’inspirent du village et des paysages environnants. Utter revend le château en 1945 et meurt à Paris quelques années plus tard.
Ayant servi de cadre pour diverses réceptions, le château est plus ou moins bien entretenu. L’actuel propriétaire Gilles Briens a un coup de cœur pour cet édifice en péril et entreprend des travaux de restauration dès 1996. Le château est classé au titre des monuments historiques le 10 avril 1997.


Un témoin de l'architecture militaire

 (jpg - 144 Ko)

Le mur d'enceinte et les tours

Les importantes destructions dont a souffert le château au cours de son histoire n’ont cependant pas altéré son plan principal encore visible aujourd’hui dans la vaste enceinte rectangulaire de 60 mètres sur 40. Le château se remarque par les deux tours rondes défensives témoins de son architecture militaire passée. L’une a été réduite en hauteur à la Révolution, mais l’autre est restée presque intacte et montre un bel exemple de lits de briques et de pierres alternés dans l’élévation de ses murs. Au nord-ouest, une tour-porche carrée et élevée commande l’accès à la cour. Le logis actuel, remanié au 17e siècle, remis en état après 1945, peut remonter au 14e siècle.


Un poétique jardin à thèmes

 (jpg - 3557 Ko)

Le verger au pied du château

Le jardin créé en 2003 sur deux hectares est ouvert au public depuis le mois d’avril 2008. Des recherches à la fois documentaires et topographiques n’ont pas pu démontrer l’existence antérieure d’un jardin. Il a reçu le prix du jardin remarquable de l'année 2013.
Le jardin est aménagé en trois parties. Le jardin régulier en forme de trapèze est constitué de plusieurs carrés thématiques : jardins de couleur, jardin des sorcières, jardins éphémères, jardin des graminées, jardin des petits fruits, jardin des cucurbitacées et jardin aquatique. Il se termine par un labyrinthe de six cents pommiers et poiriers menés selon les préceptes de taille fruitière ancienne (quarante formes fruitières différentes).
La roseraie plantée de roses anciennes relie les deux parties principales du jardin. Une terrasse fleurie la surplombe.
Un espace devant le château est consacré au printemps à l’éclosion de près de 500 000 jonquilles, et à l’automne, au spectacle d’arbres sélectionnés pour la couleur de leurs feuilles à cette époque.



Envie de visiter ?

Ouverture du 01/07 au 29/08/2017.
Fermeture certains samedis et dimanches, se renseigner par téléphone ou par mail.

Jardin ouvert du 15 avril au 15 septembre, les dimanches et jours fériés de 14h à 18h.

Visites guidées du château de 9h à 12h et de 14h à 18h.
(renseignements pour les groupes : tél. 06 26 92 66 45)

Adresse

152 avenue Suzanne Valadon
01600 Saint-Bernard

Tél. 04 74 00 37 62

envoyer un mail

site internet

Plan et itinéraire

Tarifs

Visite du jardin : 3 €
Visite du château : 5 €
Gratuit pour les moins de 12 ans

Les mots à comprendre

Maurice Utrillo (1883-1955) : artiste représentatif de l’Ecole de Paris, connu pour ses paysages parisiens, il a aussi peint dans l’Ain au moment où il séjourne au château de Saint-Bernard en compagnie de sa mère Suzanne Valadon et de son beau-père et ami André Utter entre 1923 et 1945. Le château et la région proche l’inspire. Il donne à la Place du tilleul du bourg médiéval de Pérouges une vision naïve et colorée animée de personnages féminins à la silhouette rebondie. Il meurt le 5 novembre 1955.
Biographie de Maurice Utrillo

A voir aussi dans ce site

L'hostellerie de Pérouges, par Maurice Utrillo