Inventaire du patrimoine

Recenser, étudier et faire connaître les éléments du bâti ou du mobilier qui présentent un intérêt culturel, historique ou scientifique permet de mieux connaître, de protéger et de valoriser le patrimoine. L’inventaire aide aussi à faire progresser la connaissance artistique et historique des territoires à destination de tous : historiens, spécialistes et professionnels du patrimoine, élus et décideurs, mais aussi particuliers ou enseignants.

 (jpg - 3019 Ko)

Inventaire du patrimoine bâti

 (jpg - 6380 Ko)

En 1964, André Malraux, alors ministre de la culture, lance l’inventaire général des richesses artistiques de la France. Cette immense tâche est relayée par les services régionaux de l’inventaire alors mis en place qui réalisent un inventaire scientifique détaillé.

L’association Patrimoine des Pays de l’Ain créée en 1966 se donne pour mission la réalisation des repérages du pré-inventaire des richesses patrimoniales du département de l’Ain menés par des bénévoles. Une première restitution du travail est faite en 1969 avec la diffusion de l’inventaire des 29 communes des cantons de Belley et Seyssel. La collection débute véritablement en 1978 avec le premier ouvrage illustré consacré au canton de Champagne-en-Valromey. Il s'agit de repérer minutieusement et d'étudier tout ce qui, sur le plan historique, archéologique, architectural et ethnologique fait partie de notre
patrimoine : cela concerne aussi bien les monuments historiques classés ou inscrits que les édifices publics et privés non protégés ou les petits édifices ruraux tels les fours, fontaines, lavoirs ou calvaires...

Depuis le lancement des enquêtes, Patrimoine des Pays de l’Ain coordonne les recherches en lien avec les Archives départementales, la Conservation des antiquités et objets d’art et les services culturels du Département de l’Ain. L’association coédite le Pré-inventaire des richesses touristiques et archéologiques de chacun des cantons avec le soutien financier du Département depuis 1982. A ce jour la collection comprend 38 ouvrages et couvre l’ensemble des communes traitées canton par canton. Ces précieux outils de référence offrent une meilleure connaissance du patrimoine de l’Ain. Les données de l’inventaire peuvent ainsi enrichir ou impulser des projets touristiques ou de développement culturel des territoires.

Une réflexion est en cours pour donner une suite à cet immense travail et valoriser les données d’inventaire recueillies depuis l’origine et qui devront aujourd’hui être actualisées et informatisées.

Les recherches des Pré-inventaires

La liste des pré-inventaires parus



Inventaire du mobilier des églises

 (jpg - 3641 Ko)

page 3 de l'inventaire réalisé dans l'église de Chaneins le 3 mars 1906

Les premiers inventaires succincts ont été établis à la Révolution au moment de la fermeture des institutions religieuses et de la nationalisation des biens du clergé. Plus tard, la promulgation de la loi de séparation des Eglises et de l’Etat en 1905 aura pour conséquence la réalisation d’un inventaire des objets mobiliers des églises ; ces listes accompagnées de factures d’achat par la fabrique et de documents de restitution, sont aujourd’hui numérisées et consultables sur le site internet des archives.

Les conservateurs des antiquités et objets d’art successifs institués en 1908 ont eu la charge de repérer, documenter et fait protéger au titre des monuments historiques de nombreux objets d’art présentant un intérêt historique ou artistique. Le conservateur poursuit aujourd’hui ce travail d’inventaire et de récolement sur le terrain par des visites régulières organisées dans les communes à la demande du maire, du curé, d'une association, d'une personne privée ou encore de sa propre initiative. Il repère, mesure, date, note l’emplacement de chaque objet dans l’édifice, puis examine son état de conservation et le photographie. Le dossier est complété par la description de l’objet en adoptant le vocabulaire descriptif et technique normalisé ; des recherches dans la bibliographie disponible et dans les archives, assorties d’une analyse stylistique approfondie, sont nécessaires pour préciser son histoire. La documentation rassemblée est ensuite intégrée dans la base de données informatisée du département, puis versée dans la base de données nationale Palissy.

Une église et sa sacristie renferment une centaine d’objets minimum ! Le travail d’inventaire est mené en partenariat avec le Diocèse, ce qui permet l’échange d’informations et l’organisation de tournées communes. La mission première de l’inventaire ciblée sur les objets présentant un intérêt artistique suffisant pour être protégé au titre des monuments historiques, s’est ainsi élargie à l’inventaire complet du patrimoine mobilier de toutes les églises de l’Ain, quelle que soit sa propriété. Après sept ans d’inventaire conjoint, près de 20000 objets ont été inventoriés documentés et photographiés.

L’intérêt principal de cet inventaire tient à ce que le maire propriétaire et le curé desservant disposent d’une meilleure connaissance de l’ensemble du patrimoine dont ils ont la charge : objets protégés au titre des monuments historiques ou non, objets appartenant à la Commune et objets appartenant au Diocèse.



A voir aussi dans ce site

Contact

Département de l'Ain
Service ressources
patrimoniales et culturelles
04.74.32.76.10
service.patrimoine@ain.fr

Partenaires

Evêché de Belley-Ars
Rue du Docteur Nodet
01000 Bourg-en-Bresse
Tél : 04.74.32.86.52
sdas@free.fr

 

Patrimoine des Pays de l'Ain
34, rue Général Delestraint
01000 Bourg-en-Bresse
Tél : 04.74.32.07.31
contact@ppa01.fr

 

Direction de la culture
Service de l'inventaire général du patrimoine culturel
1 esplanade François Mitterand - CS 20033
69269 Lyon cedex 02
Tél : 04.26.73.57.39
inventaire@rhonealpes.fr

Les mots à comprendre

La fabrique : ensemble des administrateurs désignés au sein de la communauté paroissiale pour assurer la collecte et l'administration des fonds nécessaires à la construction, puis l'entretien d'une église catholique et de son mobilier. La fabrique est supprimée par la loi de séparation des Églises et de l'État en 1905.

Récolement : les opérations quinquennales de vérification sur le terrain permettent de contrôler la présence et l'état de conservation des objets protégés au titre des monuments historiques.