Musée des Soieries Bonnet

Soieries Bonnet (jpg - 250 Ko)

72 clos du Musée, 01640 Jujurieux - France
Entrée Parking : 18 rue Claude-Joseph Bonnet
Tél. + 33 (0)4 74 36 86 65

Plan et itinéraire

Les Soieries Bonnet en images

Les mots à comprendre

Moulinage : atelier où les fils subissent de multiples opérations de torsion et d'assemblage.

Shed : type de couverture de bâtiments industriels présentant un profil en dent de scie et composé d'un versant vitré, de pente rapide, exposé au nord pour un éclairage régulier et d'un autre, de pente plus faible, à couverture opaque.

L'usine-musée

Le site et les collections des Soieries Bonnet constituent un patrimoine industriel unique à l’échelle internationale. Découvrir le musée, c’est percevoir le lien indissociable entre les collections et le bâti. 

Le musée est ouvert au public dans le cadre d’un partenariat entre le Conseil départemental de l’Ain, propriétaire des collections, et la Communauté de communes Rives de l’Ain-Pays du Cerdon, propriétaire des bâtiments du musée. 

Bureaux et atelier de tissage de façonnés (jpg - 73 Ko)

De l'industrie au musée

Sortie d'usine vers 1910, carte postale - Journées européennes du Patrimoine 2005 (jpg - 558 Ko)

Sortie d'usine vers 1910, carte postale - Journées européennes du Patrimoine 2005

Depuis la cessation d’activité des Soieries Bonnet en 2001, après 200 ans d’épopée textile, l’intégralité des biens de l’entreprise est conservé in situ : étoffes, outil de production, archives de l’entreprise... Aujourd’hui ces collections « musée de France » sont présentées au public dans une partie des bâtiments d’origine, désormais protégés au titre des monuments historiques.

L'histoire des Soieries Bonnet en quelques dates


Le site des Soieries Bonnet

Site des Soieries Bonnet vers 1900 (jpg - 91 Ko)

Site des Soieries Bonnet vers 1900

Le musée s’inscrit au centre du site des Soieries Bonnet, véritable « ville dans la ville ». Les extérieurs du musée dévoilent les constructions significatives de l’organisation sociale, morale et religieuse de l’usine-pensionnat, sur fond de paternalisme industriel.

Outre les bâtiments de production : tissages, filature-moulinage, le visiteur aperçoit la maison du directeur, l’infirmerie, la chapelle, l’économat de la fabrique, de même que les vestiges des infrastructures de transport et des énergies : arrivée du tramway, salle des générateurs, roue à aube, électricité. Une promenade en dehors de l’enceinte de la manufacture permet de découvrir également les cités ouvrières, les logements des employés et les rapports entre l’usine et le village de Jujurieux. 


Les bâtiments du musée

 (jpg - 208 Ko)

Le musée est situé dans les deux derniers bâtiments utilisés par la SETB (Société d’exploitation des tissages Bonnet) en 2001 : le tissage 1 et le bâtiment de la forge. Le rez-de-chaussée du bâtiment du tissage 1, souvent dénommé « l’usine », est accessible dans le cadre des visites commentées et constitue l’attraction phare du musée.

Cet édifice, entré en service en 1887, est détruit dans un vaste incendie en 1888, qui ravage également la première chapelle qui lui est accolée. Il est rapidement reconstruit, mais la nouvelle chapelle est désormais déconnectée des bâtiments industriels. L’un des angles de l’édifice comporte un monument conçu par l’architecte Louis Sainte-Marie Perrin pour honorer la mémoire du fondateur 20 ans après sa mort. Destiné au tissage mécanique des façonnés, il regroupe bureaux et ateliers de production. L’outil de production et l’ensemble des matériels qui sont aujourd’hui conservés in situ illustrent les quatre dernières décennies d’activité des Soieries Bonnet. Ce bâtiment s’échelonne sur plusieurs niveaux, des caves aux greniers.

Le bâtiment du « carré de la forge » accueille quant à lui depuis 2003 les espaces d’accueil du public, la boutique et deux salles d’expositions permanentes et temporaires. Cette construction appartient à la première génération d’édifices de l’usine-pensionnat, établis entre 1835 et 1840. Il a abrité les ateliers tous corps d’état de la manufacture : menuiserie, forge, tournerie sur bois, vannerie... dont il ne subsiste que quelques traces.

Ces bâtiments permettent de prendre la mesure de l'échelle industrielle, de comprendre l’insertion de l’usine dans le paysage et sur le territoire.


Le rayonnement du musée

Exposition Tomioka au Japon, 2015 (jpg - 74 Ko)

Exposition Tomioka au Japon, 2015

Au regard de l’histoire des Soieries Bonnet et de ses collections, le musée a tissé des liens avec la commune de Paesana en Italie, le musée de Lodz en Pologne, la filature de Tomioka au Japon, première filature moderne du Japon inspirée du système de l’usine-pensionnat des Soieries Bonnet.

Pour développer la connaissance des Soieries Bonnet, des programmes de recherches, des journées d’étude sont mis en place avec des universités, des structures de référence dans le domaine du textile, du patrimoine industriel, de la mode : Centre international d'études des textiles anciens (Cieta), licence textile de Clermont-Ferrand, université Lyon II, université de Chambéry, université de Troyes, lycée Pardé à Bourg-en-Bresse.

Des partenariats et collaborations sont également noués avec le milieu industriel et les entreprises textiles qui représentent la mémoire et le savoir-faire de la soierie lyonnaise : maisons Tassinari et Chatel, Presles, holding textile Hermès...

En écho avec l’épopée textile de la maison Bonnet et l’inventivité de la soierie lyonnaise, industrie créative par excellence, le lieu reste une source d’inspiration pour les artistes et les créateurs textiles invités à créer des œuvres et des projets à partir des collections conservées.

 


Un musée en évolution

Échafauder avant de restaurer, 2014 (jpg - 192 Ko)

Échafauder avant de restaurer, 2014

Les travaux de toiture de l’usine (2013-2016)

Pour sauver l’usine des outrages du temps, la Communauté de communes a entrepris des travaux de réhabilitation des toitures de l’usine. Après les sheds des ateliers et des bureaux, la toiture à deux pans de la partie est du bâtiment a été refaite. A chaque étape, près de 200 m3 de collections ont été déplacées ou protégées sur place. Cette campagne de travaux s’est achevée par la restauration du monument à la mémoire de C. J. Bonnet.

Le parcours de visite a été modifié et adapté au fil des 4 phases de travaux et à chaque étape, près de 300 m3 de collections ont été déplacées par l’équipe départementale qui travaille à l’année sur le site des Soieries Bonnet.

Vers le futur musée des Soieries Bonnet

Favorisé par les travaux de réhabilitation du bâti, un projet de développement du musée est en cours d’élaboration pour valoriser encore davantage toutes les richesses des collections et les savoir-faire textiles, agrandir les expositions et déployer les espaces d’accueil pour tous les publics.


Toiture des Soieries Bonnet, avant- après (jpg - 385 Ko)

Toiture des Soieries Bonnet, avant- après


Tous concernés…

Vous avez des idées pour développer le musée, contactez-nous 

S'engager avec le musée