Musée de la Bresse

Musée de la Bresse-Domaine des Planons (jpg - 293 Ko)

Domaine des Planons,
987 chemin des Seiglières,
01380 Saint-Cyr-sur-Menthon
France
Tél. + 33 (0)3 85 36 31 22
Coordonnées GPS :
46.282627, 4.986590

Plan et itinéraire

Le musée de la Bresse en images

Les mots à comprendre

AOP : désigne la dénomination d’un produit dont la production, la transformation et l’élaboration ont lieu dans une aire géographique déterminée avec un savoir-faire reconnu et constaté. Il s’agit de la déclinaison au niveau communautaire de l’AOC.

Pan de bois : technique de charpente permettant la création de bâtiments à ossature bois ou à colombages. L’assemblage de charpente créé repose sur un soubassement pour l’isoler de l’humidité. Il nécessite l’utilisation de torchis ou de briques pour le remplissage des murs.

Pisé : du latin « pisa » qui signifie pilon, le terme pisé caractérise une construction réalisée à partir de terre crue placée dans un coffrage puis tassée.

Torchis : technique de remplissage d’un panneau en pan de bois fait d’un enduit de terre appliqué de chaque côté d’un tressage de bois souple appelé clayonnage.

à lire sur le sujet

Guides des musées départementaux, Musée départemental de la Bresse-Domaine des Planons, Patrick Daum, Céline Chanas, Pascale Court, édition du Conseil général de l'Ain, 2009

Le musée de la Bresse en quelques points

Le musée de la Bresse-Domaine des Planons est implanté sur un ancien domaine agricole de plus de 40 ha, dont 22 ha visitables. Dans ce cadre naturel exceptionnel, le musée c'est : 

  • Une ferme bressane remarquable par son ampleur, sa galerie, sa cheminée sarrasine conservée dans son intégralité (mitre, hotte et foyer) et ses reconstitutions
  • Un musée de 3 000 m² à l'architecture de verre et de métal, qui constitue un écrin pour ses riches collections
  • Un domaine naturel, lieu de promenade, escapade verte aux portes de Lyon et de Genève
 (jpg - 250 Ko)

La ferme des Planons

 (jpg - 444 Ko)

La ferme des Planons est un des fleurons de l'architecture bressane, reconnaissable par sa cheminée sarrasine, sa galerie et sa construction en torchis, pisé et à pans de bois.

Elle se compose d'un ensemble architectural exceptionnel de cinq corps de bâtiments de ferme, réunis autour d’une cour carrée. Classés au titre des monuments historiques dès 1938, cette ferme a ainsi pu être préservée dans son intégrité. Vous visiterez une ferme authentique représentative du mode de vie dans les campagnes avant la modernisation et l'électrification des campagnes.

De 1992 à 1995, ces bâtiments ont fait l’objet d’une restauration exemplaire préservant l’authenticité des formes et des matériaux, qui a permis la reconstitution des espaces de vie et de travail à l’identique sur la base de documents d’archives.

L'histoire du musée de la Bresse en quelques dates 


La maison d'habitation et ses reconstitutions

Lavoir, dit « lévier », maison d'habitation (jpg - 203 Ko)

Lavoir, dit « lévier », maison d'habitation, Domaine des Planons

Construite dès 1490, la maison d’habitation a connu des aménagements successifs jusqu’en 1992, date du départ des derniers fermiers. Lieu de vie et de circulation, de stockage et de séchage, l’aître (ou galerie) court le long des façades est et ouest de la maison, déroulant de magnifiques arcades de bois finement ouvragées.

À l’intérieur, les pièces s’organisent autour de la maison « chauffure » où se situe la vaste hotte pyramidale de la cheminée sarrasine, emblématique  de la construction rurale dans ce territoire. Chambre des petites bonnes, chambre du maître, lavoir... font l'objet de reconstitutions réalisées à partir des baux de fermage et de l’inventaire après-décès des biens du fermier du domaine, Benoît Chaffol, mort en 1784.

Découvrir la maison « chauffure »


Grange, écurie, four... des annexes à visiter

Four de la ferme des Planons (jpg - 233 Ko)

Four de la ferme des Planons

Au nord de la cour, deux bâtiments à pans de bois abritent lieux de stockage et de travail. Sur le sol en terre battue de la remise, les fermiers se faisaient forgeron, charron, menuisier... Un outillage très diversifié y côtoie charrette des quatre saisons et voiture de marché.

Dans la grange, lieu de séchage et de préparation des grains, est rassemblé l’ensemble du matériel nécessaire à la production agricole.

Édifiées au 19e siècle en pisé sur un soubassement en pierres dorées, les trois étables et l’écurie du domaine accueillaient, à la veille de la Révolution, 22 « bêtes à cornes », sans oublier la monture du seigneur propriétaire.

L’annexe sud, en pisé, rassemble four à pain, volontairement éloigné de l’habitation afin de limiter les risques d’incendie, soues à cochon et poulailler. Avec le potager tout proche, elle relève du domaine du quotidien et du travail des femmes.


Un musée de territoire au cœur du bocage

 (jpg - 208 Ko)

Construit entre 2002 et 2005, le musée exprime la volonté de ne pas bouleverser l’harmonie du bocage, ni la perception du paysage. La complicité des architectures des 15e et 21e siècles s’exprime dans le jeu des perspectives. Partiellement enterré et de forme semi-circulaire, ce bâtiment se glisse entre le sol décaissé et la large toiture, entièrement végétalisée qui épouse la courbe naturelle du terrain.

Le souci accordé à l’intégration du bâtiment moderne dans le site s’est traduit par la mise en place d’un aménagement paysager reprenant les éléments marquants du bocage bressan traditionnel. L’implantation de haies et de massifs d’essences végétales locales évoque ainsi le maillage du bocage bressan établi selon le cadastre du 19e siècle. Les aménagements extérieurs comprennent :

  • Des cheminements accessibles à tous les publics, notamment aux personnes à mobilité réduite
  • Un élevage en plein air de volailles de Bresse AOP
  • Des jeux en plein air
  • Des aires de pique-nique

Lumières et couleurs, une muséographie de l’imaginaire

Grande halle, musée de la Bresse (jpg - 402 Ko)

Grande halle, musée de la Bresse

Née de la collaboration des architectes, des paysagistes et du scénographe, la mise en scène des expositions est résolument forte dans le musée.

La grande halle de 1 000 m2 d’expositions plonge le visiteur dans une atmosphère mystérieuse, évocatrice du paysage de la Bresse. Le jeu de verres colorés, structure porteuse des expositions, suggère les ondulations et les couleurs du bocage bressan.

Le parti-pris muséographique du scénographe Guy-Claude François de l’agence parisienne Scène place l’objet au cœur de la présentation, sans le sacraliser mais en mettant en évidence sa relation aux hommes qui l’ont façonné, utilisé. Soignée et inventive, la présentation des collections créée un parcours de visite riche et varié. La muséographie traduit le regard ethnologique porté sur ces objets. Devenus collections, les objets sont porteurs de sens ; le musée raconte leur histoire.