Marais en Jarine à Aranc et Corlier

Situé sur les communes d'Aranc et de Corlier, sur le plateau d'Hauteville, le Marais en Jarine est constitué de prairies humides, tourbières, milieux marécageux et boisements humides. D'une superficie de 66 hectares, le marais accueille une flore exceptionnelle et une grande diversité d'habitats.

 (jpg - 5569 Ko)

La rivière Jarine au sein du marais

Identité du site

 (jpg - 3057 Ko)

Végétation typique du marais en Jarine

Plusieurs espèces patrimoniales sont recensées sur le marais : des oiseaux comme le Tarier des prés, des papillons (Damier de la Succise) et de nombreuses espèces de flore dont la fritillaire pintade et le Rossolis à Feuilles rondes.

Semi-privé et communal, le marais permet divers usages : agriculture, chasse, sylviculture. Ce marais avait fait l'objet par le passé (cela remonte jusqu’à Napoléon III) d’un plan d’assèchement qui visait à redonner des surfaces cultivables aux paysans et de nombreux fossés ont ainsi été creusés. Depuis la mécanisation, ces lieux ont été abandonnés par les agriculteurs, et ont été envahis par la végétation.

Un captage d'eau potable est aussi présent sur le site.

Le Syndicat de la rivière d’Ain aval et de ses affluents (SR3A) assure la  continuité du travail entrepris par le Syndicat intercommunal d’aménagement du bassin-versant de l’Albarine (SIABVA) désormais dissous, de gestion de ce site. À présent, c’est le SR3A qui détient la compétence de gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations.


Restauration du marais

 (jpg - 5596 Ko)

La Jarine

 (jpg - 5863 Ko)

Reméandrement de la Jarine au sein du marais

Le marais est traversé par le ruisseau la Jarine. C’est aussi là, au « Puits du Borey », que le Borey prend sa source avant de s’écouler dans la Combe du Val et de former l’Oignin avec les eaux de la Doye…

Drainé pour des enjeux économiques majeures, la restauration du marais comme zone tampon en cas de pluie ou de sècheresse tout en favorisant la biodiversité est un enjeu fort.

Dès 2014-2015 des travaux ont été réalisés, financés par le Département, le Conseil régional et l’Agence de l’eau : bûcheronnage, débroussaillage, comblement de fossés pour permettre la remontée du niveau de l’eau. De même, fauchage ou broyage mécanique détruisent les plantes invasives et restaurent la biodiversité du site.


 (jpg - 4145 Ko)

Ancien point de captage

Le projet de restauration réalisé en 2018 s’est alors inscrit dans une démarche globale :

  • une station d’épuration a été construite par le village d’Aranc parallèlement aux travaux de restauration (traitement de 95 % des rejets dans le marais)
  • le captage d’eau potable, soumis à divers épisodes de pollution, a été fermé
  • la restauration sur site passe par la renaturation et le reméandrement de la Jarine.

Cette restauration dont le chantier a été recéptionné en septembre 20018, redonne au marais son aspect originel, comme en témoigne la Jarine, pratiquement disparu en raison du drainage, et qui coule à travers le marais comme c'était le cas depuis des siècles.

Cette opération portée par le SR3A a été rendue possible grâce au financement de l’agence de l’eau Rhône Méditerranée, du Département et de la Région.


Pour découvrir le site...

 (jpg - 5490 Ko)

Passerelle aménagée pour le passage des chasseurs

Le site est visible depuis la route qui relie Aranc à Corlier.

Un projet de sentier permettant de redécouvrir le marais et la Jarine, est en cours d'étude pour la révision du Plan de Gestion et de valorisation du Marais.