Marais en Jarine à Aranc et Corlier

Situé sur les communes d'Aranc et de Corlier, sur le plateau d'Hauteville, le Marais en Jarine est constitué de prairies humides, tourbières, milieux marécageux et boisements humides. D'une superficie de 66 hectares, le marais accueille une flore exceptionnelle et une grande diversité d'habitats.

 (jpg - 8103 Ko)

Aperçu du marais par le nord sur la commune de Corlier. Mars 2017

Identité du site

 (jpg - 3057 Ko)

Végétation typique du marais en Jarine

Ce site de 65,95 hectares accueille une flore exceptionnelle et une grande diversité d'habitats.

Il est constitué de prairies humides, tourbières, milieux marécageux et boisements humides.

Plusieurs espèces patrimoniales y sont recensées : des oiseaux comme le Tarier des prés, des papillons (Damier de la Succise) et de nombreuses espèces de flore dont la fritillaire pintade et le Rossolis à Feuilles rondes.

Le site comprend des parcelles privées et communales. Les activités et usages du site sont nombreux et constituent des enjeux importants : agriculture, chasse, sylviculture.

Il est géré par le Syndicat Intercommunal d’Aménagement du bassin versant de l’Albarine (SIABVA) et fait l’objet d’un plan de gestion 2014-2016.

 


Principaux enjeux du site

 (jpg - 3030 Ko)

Boisements humides au sein du marais

L’enjeu principal concerne la restauration du marais, où le syndicat du Borey puise l’eau potable d’Aranc et des communes voisines, afin de préserver la qualité de l’eau et la biodiversité et de valoriser le site en créant un sentier d’interprétation. Le marais est traversé par le ruisseau la Jarine. C’est aussi là, au « Puits du Borey » que le Borey prend sa source avant de s’écouler dans la Combe du Val et de former l’Oignin avec les eaux de la Doye…


Des travaux ont été réalisés en 2014-2015 (environ 110 000 euros financés par le Département, le Conseil régional et l’Agence de l’eau à hauteur de 80 %, 20 % par le SIABVA) : bûcheronnage, débroussaillage, comblement de fossés pour permettre la remontée du niveau de l’eau. De même, fauchage ou broyage mécanique détruisent les plantes invasives et restaurent la biodiversité du site.

Un projet de construction de station d’épuration qui contribuera à assainir le site, est actuellement en discussion.

Des acquisitions foncières sont étudiées et faciliteront la mise en valeur du marais.


Pour découvrir le site...

 (jpg - 479 Ko)

Prairie humide

Le site est visible depuis la route qui relie Aranc à Corlier.

Un projet de sentier d'interprétation porté par le Syndicat Intercommunal d’Aménagement du bassin versant de l’Albarine est en cours d'étude et pourrait voir le jour en 2017.