(jpg - 83 Ko)

3 montée de l'Abbaye, 01130 Nantua - France
Tél. + 33 (0)4 74 75 07 50
animation.museeresistance@ain.fr

Horaires du MRDA

Le musée est ouvert du 1er mars au 15 novembre 2021 : du mercredi au lundi de 10h à 12h30 et de 14h à 18h, jours fériés inclus. 

Musée fermé le mardi. Fermeture exceptionnelle le lundi de Pâques (05/04), le vendredi 1er mai, le lundi de Pentecôte  (23 mai) et le dimanche 1er novembre 2021.

Groupes : ouverture sur réservation. Se renseigner.

Tarifs

Histoire d’une transformation réussie

En 2015, le musée de la Résistance et de la Déportation de l’Ain a entamé une véritable mue menée tambour battant sur deux ans. Les travaux de mise aux normes accessibilité offrent l’opportunité d’une rénovation complète de l’exposition permanente. Ouverte en 1985 par d’anciens maquisards, elle avait déjà subi quelques évolutions partielles. Il s’agit cette fois de repenser l’ensemble des espaces et des thèmes. Ce chantier d'envergure a transformé le musée pour offrir à ses visiteurs un outil performant et attractif au service de la culture et de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale.

 (jpg - 1801 Ko)

06 juin - 08 septembre 2017 : réaménagement des collections

Réaménagement des collections (jpg - 149 Ko)

Réaménagement des collections

La dernière étape de ce processus consiste à rapatrier les collections au musée dans leurs nouvelles vitrines. Cela signifie de les emballer de nouveau selon les techniques décrites précédemment. 

Les collections non-exposées sont réparties en fonction de leur composition (textile, papier, métal...) dans de nouvelles réserves spécialement aménagées. Pour compléter l'exposition, un important travail de recherche historique et de rédaction est mené par l'équipe afin de produire les textes qui jalonnent le nouveau parcours de visite.

Le "nouveau" musée a été inauguré le 09 septembre 2017.


janvier - août 2017 : Mobilier d'exposition et mannequinage

Fabrication et installation du nouveau mobilier d'exposition (jpg - 352 Ko)

Fabrication et installation du nouveau mobilier d'exposition

Le service muséographique de la Direction du patrimoine et des sites culturels a conçu sur mesure, d'après les consignes du muséographe, l'ensemble du nouveau mobilier d'exposition, de la boutique et les nouveaux soclages : reproduction de la carlingue de d'un avion, vitrines, supports d'exposition..

Composé d'un menuisier-ébéniste, d'un électricien et de peintres, tous spécialement formés à la muséographie, ce service est un véritable atout au sein de la direction dont peut s'enorgueillir le Département car tous les musées de France n'en sont pas dotés.

Un travail sur mesure, pour valoriser au mieux la collection  du musée
Plus de 460 m2 de plaques de médium ont été débitées en atelier entre septembre et décembre 2016, puis peintes. La mise en place a débuté en janvier 2017 pour les cimaises non imprimées. Le reste, composé des futurs panneaux comportant du texte, des images et des cartes, envoyé chez un imprimeur fin mai a été mis en place fin juin.

Parallèlement à ce travail, le mannequinage des textiles, costumes, casques, coiffes a été réalisé en interne par l’équipe du service des collections de la Direction des musées et les agents du musée durant l'hiver. 

L’ensemble des supports des collections (plots, tiges métalliques soutenant les costumes, les casques, les armes...) ont été fabriqués sur mesure par l’équipe de l’atelier muséographique en fonction des collections présentées (fragilité, taille, forme), des vitrines, des souhaits de présentation et des contraintes de conservation. Ce soclage individualisé permet au public de bien voir l’objet tout en offrant une conservation optimale des différents objets présentés.


Étapes de mannequinage (jpg - 314 Ko)

Étapes de mannequinage


élaboration muséographique

Janvier à septembre 2016. La refonte complète de l’exposition permanente implique la conduite de longues recherches historiques auprès de divers sites de conservation d’archives : Archives départementales de l’Ain, Archives d’Ambérieu-en-Bugey...

Jour après jour, des centaines de documents sont dépouillés pour en extraire le matériau historique nécessaire à la rédaction des textes de l’exposition permanente et identifier les illustrations à intégrer au nouveau parcours de visite.

Septembre à décembre 2015. Afin d'imaginer un nouveau parcours de visite et de mettre en scène les collections pour mieux les valoriser, le musée de la Résistance et de la Déportation de l'Ain s’est adressé à une entreprise spécialisée dans la création muséographique. Après consultation et appel d'offre, c'est l'atelier des Charrons de Saint-Etienne qui a accompagné l’équipe du musée dans l’élaboration du parcours de la nouvelle exposition permanente.


Des 1ers coups de pelleteuse à la fin du gros œuvre

L'entrée du musée version 2015 Vs 2017 (jpg - 450 Ko)

L'entrée du musée version 2015 Vs 2017

Décembre 2016, les travaux de transformation du bâtiment sont terminés. Un bâtiment d’accueil et une salle d’animation ont été créés dans deux des cours qui entourent l’ancienne prison. Un ascenseur a été installé afin de permettre l’accès des personnes à mobilité réduite aux différents niveaux. Les murs de la prison ont été percés, notamment à l’étage, pour créer une circulation adaptée aux personnes à mobilité réduite.

18 août 2015, le mur d’enceinte de l’ancienne prison est détruit. Il  laisse la place à la future nouvelle entrée du musée.
Situé dans l'ancienne prison de Nantua, le MRDA est mitoyen du Palais de Justice, et fait face à l’église Saint Michel, ancienne abbaye clunisienne de style roman. La montée de l’Abbaye dans laquelle se situe son entrée présente une forte déclivité (près de 17 %). Ceint de hauts murs (de 5 à 8 m), le musée entouré de cours étroites (3,5 à 4,5 m de large seulement), sans autre espace extérieur disponible que ces cours.



Septembre à novembre 2015 : inventaire des collections

Marquage des collections (jpg - 163 Ko)

Marquage des collections

Arrivées dans leur nouvelle réserve provisoire, toutes les pièces sont déballées et vérifiées avant de rejoindre leur étagère ou casier.

Certains objets n’ayant pu être nettoyés à l’emballage subissent un dépoussiérage méticuleux. D’autres sont marquées (attribution d’un numéro spécifique à l’objet et inscription sur celui-ci avec des techniques particulières). Une fois propre et clairement identifiée, chaque pièce est photographiée et installée sur un rayonnage. Lors de cette phase, les collections ont été minutieusement inspectées afin de repérer celles qui nécessiteraient une restauration. Toutes ces informations sont intégrées dans une base de données spéficifique dans la gestion collections.

La plupart des pièces ont également bénéficié d’une recherche documentaire afin de mieux connaitre l’objet, ses fonctions, ses usages…


13 juillet – septembre 2015 : déménagement des collections

Déménagement des collections (jpg - 205 Ko)

Déménagement des collections textiles

Derrière les portes closes du musée, les équipes s’activent.

Les 15 000 objets et documents de la collection du musée de la Résistance et de la Déportation de l'Ain sont minutieusement nettoyés et reconditionnés dans différents matériaux de protection. Les plus petits sont sertis dans des écrins taillés sur mesure pour l'occasion. Ils sont ensuite placés en caisse et transportés vers un nouveau local de stockage pour les protéger durant les travaux. 

Pour préparer au mieux ce déménagement exceptionnel, une consultante en conservation préventive a accompagné et formé l’équipe du musée aux différentes techniques d’emballage des collections.


L'histoire à portée de main

En amont des travaux, le musée de la Résistance et de la Déportation de l'Ain a défini les thèmes à développer dans le nouveau parcours de visite. Pour y parvenir, le musée s’est appuyé sur un comité scientifique composé d’historiens, de professionnels des musées, de professeurs... A l’issue de ces réflexions, une problématique générale, sorte de « fil rouge », a émergé et certains principes ont été adoptés. Ainsi le musée a tenu à préserver son identité originelle dans laquelle l’immersion dans l’histoire prédomine. Accueillant majoritairement des groupes scolaires, la notion d’accessibilité intellectuelle s’est également imposée pour que chacun puisse se sentir concerné par le discours historique. Enfin, il a paru  essentiel de redonner à l’objet toute sa place dans l’exposition mais aussi de le contextualiser : le visiteur doit facilement en comprendre le sens et la portée.

Le musée a également confié des missions de recherches à différents historiens pour actualiser le discours historique. Ils ont ainsi mis à jour un certain nombre d’éléments méconnus de l’histoire locale : découverte de la politique de répression et de la déportation raciale dans l'Ain... Ces nouveaux matériaux historiques impactent l’histoire du département de l’Ain et au-delà, faisant du musée de la Résistance un musée pilote sur ces thématiques. Les historiens proposent ainsi une relecture plus globale des événements de la Seconde Guerre mondiale.

Grâce à ce discours scientifique solide et à une collection enrichie, la nouvelle exposition permanente invite le visiteur à vivre des expériences : toucher, voir, entendre, réfléchir, découvrir, choisir...


Chantier(s) et chantier des collections

Le 12 juillet à 18h, le musée ferme ses portes pour entamer un long processus de transformation. Cela n’était pas arrivé depuis son ouverture en août 1985.

Plusieurs chantiers sont à mener successivement : chantier d’agrandissement (prévu pour 11 mois) suivi d’un réaménagement du musée (accessibilité et rénovation du parcours muséographique). A cette occasion, les collections font également l’objet d’un important chantier - appelé chantier des collections - mené en 4 phases :

  • Phase 1 : préparation des collections pour leur déménagement (dépoussiérage, emballage, colisage...) afin de les protéger au mieux durant les travaux.
  • Phase 2 : inventaire des collections (constat d’état pour repérer d’éventuelles dégradations et prévoir si besoin des restaurations, marquage des objets, recherches documentaires sur leurs usages, leurs fonctions...).
  • Phase 3 : sélection des collections présentées dans la nouvelle exposition permanente.
  • Phase 4 : rapatriement des collections dans les nouveaux espaces d’exposition aménagés et les nouvelles réserves

Décembre 2011

L’Assemblée départementale vote pour des travaux d’agrandissement et d’accessibilité du musée en 2015 avec deux objectifs principaux :

  • Faciliter l’accessibilité des personnes à mobilité réduite. L’ancienne prison n’est pas adaptée aux fauteuils roulants ou aux poussettes. Un ascenseur et une circulation aménagée (percement de portes, élargissement de passages existants...) sont crées ainsi que des toilettes utilisables par les personnes à mobilité réduite.
  • Moderniser les espaces : les pièces du bâtiment seront redistribuées et de nouveaux espaces créés. Il s’agit notamment d’un nouvel espace d’accueil construit dans la cour jouxtant le tribunal. Pour le public, cela facilitera l’identification du musée. Cet espace abritera également la boutique, l’ascenseur, les toilettes et disposera d’une banque d’accueil adaptée à tous les publics (adultes, enfants, personnes en fauteuil...). Le deuxième bâtiment créé est une salle pédagogique afin de mieux répondre aux besoins des groupes scolaires. Celle-ci prendra place dans l’une des cours arrière de la prison. Modulable, cette salle pourra également accueillir diverses animations grand public (conférences, ateliers). Les parties administratives seront également modifiées et rénovées.