Projet ECOPONT

Le Département de l'Ain veille à la perméabilité de ses infrastructures, notamment sur les corridors écologiques identifiés d’intérêt départemental, régional et international tel que dans le Pays de Gex, tout en assurant la sécurité de ses usagers.
L'Ecopont de Péron est une mesure phare en maitrise d'ouvrage départementale. Cette démarche innovante d'importance, a été cofinancé à hauteur de 80% par l'Europe et la Région Auvergne Rhône Alpes.

 (png - 8547 Ko)

1ère mesure sur la 2x2 du Contrat Corridor Mandement Pays de Gex

 (jpg - 570 Ko)

Aperçu du périmètre du Contrat Corridors Mandement Pays de Gex

Cette opération est une mesure phare de restauration du continuum écologique entre massif du Jura et Alpes, du contrat vert et bleue Mandement Pays de Gex ou Contrat unique environnementale.

Piloté par le Département de l'Ain, ce projet innovant sur une Départementale en service, a été monté avec l’appui technique de nombreux partenaires (Fédération Départementale des chasseurs, LPO Agir pour la biodiversité Rhône-Alpes, Conservatoire des Espaces Naturels de Rhône-Alpes…) et acteurs locaux (la Communauté de Communes du Pays de Gex, collectivités concernées).

Au titre d'une opération du CUE Mandement Pays de Gex, cette opération a bénéficié du soutien de la Région Auvergne Rhône Alpes et des aides de l’Europe par l’intermédiaire des fonds FEDER Régionaux pour la mise en œuvre opérationnelle du SRCE (Schéma Régional de Cohérence Ecologique) Rhône Alpes.

Plan de financement : 20 % Département de l’Ain, 60% de FEDER Régionaux, 20 % de fonds propres Région Auvergne Rhône Alpes.


 


Ambition double !

 (jpg - 25 Ko)

Aperçu du continuum écologique entre piémont du Jura et plaine du Rhône sur la commune de Péron

L'ECOPONT de Péron a été inauguré en septembre 2018.

Il permet de limiter le risque d’accident tout en assurant les circulations biologiques.

 La route départementale 884, longue de 16 kilomètres, entre Collonges et St-Genis-Pouilly, est située entre piémont du Jura et plaine du Rhône.

Obstacle avéré à un continuum écologique d'intérêt régional, cette route est le lieu de conflits faune/automobilistes de plus en plus importants et donc d'une accidentologie à réfréner.

En effet, il est observé un trafic important (plus de 20 000 véhicules / jour sur certains tronçons) ainsi que de nombreuses collisions. En essayant de franchir cette infrastructure linéaire, la faune bute notamment contre la Glissière Béton Armée centrale (GBA), qui ralentit sa progression et lui impose de nombreuses divagations pouvant créer les impacts avec les automobilistes.

En 2 ans, 22 collisions avec des chevreuils ont été recensées, 28 avec des sangliers et 6 avec des cerfs.

Le Département de l’Ain en poursuivant son travail sur la perméabilité de ses infrastrutures inscrit dans son PLAN NATURE et grâce au soutien de la Région Auvergne Rhône Alpes et l'Europe, a souhaité travailler sur cette 2x2 voies (longue de 16 km).
 
Ainsi, plusieurs mesures complémentaires sont contractualisées et mises en oeuvres en faveur des continuités écoogiques altérées par la RD884 (2X2 voies du Pays de Gex).

 



 

Modélisation 3D de l'étude de faisabilité, Département de l'Ain, juin 2015

 


Aperçu des travaux de l'Ecopont

 (jpg - 7947 Ko)

Les travaux de génie civil et écologique ont débuté le 04/09 pour une mise en service de l’Ecopont en 2018.

Retour sur le chantier EN PHOTOS

 


Démarche innovante récompensée...

 (jpg - 79 Ko)
 (jpg - 46 Ko)

Le projet de « restauration de la perméabilité écologique d’une 2x2 voies en service » a été récompensé dans le cadre du Prix 2015 "Infrastructures pour la Mobilité, la Biodiversité et le Paysage" (IMBP).  Organisé par l’Institut des Routes, des Rues et des Infrastructures pour la Mobilité (IDRRIM) et l’ensemble des signataires de la Convention d’engagement volontaire depuis 2010, le Prix IMBP récompense chaque année les meilleures initiatives prises par les acteurs impliqués dans la conception, la construction, la gestion, l'entretien, l'aménagement, la requalification et l'exploitation des infrastructures de mobilité en faveur de la préservation, de la restauration et de la valorisation des écosystèmes et de la biodiversité.