Gestion intégrée sur l'ENS de la Chenaillette

Situé au cœur de la Réserve Naturelle de la Haute-Chaîne du Jura, l’alpage de la Chenaillette est un espace naturel sensible (ENS) départemental depuis le 7 juillet 2014.

 (jpg - 2995 Ko)

Biodiversité, pastoralisme et patrimoine

 (jpg - 2883 Ko)

Chalet avant travaux

En partenariat avec la SAFER, le site de la Chenaillette, domaine de 155 hectares situé sur la Haute-Chaîne du Jura (communes de Mijoux et d’Echenevex) et composé d’un alpage et d’une forêt, a été acquis par le Département de l’Ain en juin 2014 (signature de l’acte de vente le 16 juin 2014).

Depuis le 7 juillet 2014, la Chenaillette est un site labellisé « Espace Naturel Sensible de l’Ain ». Cette labellisation a été motivée par les enjeux environnementaux liés aux espaces ouverts et forestiers au sein d’une réserve naturelle nationale et à la présence d’espèces protégées et emblématiques (Grand Tétras, Gélinotte, Pic Tridactyle,…). La labellisation donne également une large place à la vocation pastorale de cet espace, qui n’est pas exploité depuis plusieurs années.

La présence de l’emblématique grand tétras engage d’emblée la gestion de ce site dans une dimension environnementale affirmée. Cet espace naturel sensible fait également partie des alpages de la Haute-Chaîne du Jura très convoités pour le développement de l’activité pastorale. Enfin, l’existence de sentiers de randonnée et la présence de bâti traditionnel ajoutent une dimension patrimoniale et touristique à ce lieu.


Vers une gestion intégrée

 (jpg - 35 Ko)

Abreuvoir existant

Face à l’ensemble de ces enjeux, le Département de l’Ain, propriétaire et gestionnaire du site, a souhaité trouver le point d’équilibre entre les ambitions environnementales du site, le retour des activités pastorales et sa valorisation auprès du public. C’est pourquoi, le Département s’est engagé dans une démarche de gestion concertée, en mobilisant un outil spécifique : le plan de gestion intégrée, et en associant les acteurs locaux à la gestion du site.

Un plan de gestion intégrée (PGI) a été élaboré pour définir les propriétés et les modalités de gestion du site de manière à prendre en compte de manière équilibrée et concertée les dimensions :

  • Agricole et pastorale
  • Sylvicole
  • Environnementale et touristique


Dans le cadre du PGI, validé lors du dernier comité de site ENS, il est prévu de valoriser le site ENS par une gestion pastorale concertée et de mettre en place les actions suivantes :

  • Recruter un éleveur et intégrer son projet au projet de l’ENS départemental
  • Établir un plan de gestion pastorale annuel
  • Ajuster les pratiques et le chargement aux enjeux et aux évolutions du site

Réhabilitation pastorale

 (jpg - 354 Ko)

Aperçu du projet sur plan

L’alpage, de 75 hectares environ, est un territoire en déprise agricole, inexploité depuis 2011 et avec des traces de sous-pâturage antérieur à l’arrêt de l’exploitation. Plusieurs indices confirment cet état de déprise : composition floristique impactée, densification du boisement, espace pastoral non fonctionnel (clôture, eau, accès …)

La remise en pâturage du site a nécessité des aménagements et des travaux conséquents :

  • création de 2 réserves d’eau
  • réfaction de 2 citernes
  • création d’un réseau de 7 abreuvoirs
  • création des clôtures (4 kilomètres)
  • réfection de la toiture, des fenêtres et des enduits du chalet
  • réfection du chemin d’accès

Aperçu du projet de réhabilitation en vidéo 3D :


 

Un budget des travaux de 206 250 €, financé à 70% par un co-financement Europe-FEADER et Massif du Jura- FNADT.

Le site étant situé au cœur de la RNN, ces travaux ont du recueillir l’autorisation de plusieurs instances locale et régionale (Comité consultatif, CDNPS, CSRPN).

Sous maitrise d’ouvrage du Département de l'Ain, les travaux ont été réalisés entre juillet et octobre 2016 de manière à pouvoir de nouveau accueillir un troupeau bovin pour la saison 2017.


Retour des vaches à la Chenaillette

 (jpg - 12566 Ko)

Le troupeau gardé par Claire Vincent, la bergère de la Chenaillette

In fine, l’ensemble des travaux programmés sur ce site ont permis de proposer l’installation d’un troupeau en estive en définissant les conditions de gestion et de pâturage spécifiques afin d’aboutir à une amélioration du potentiel fourrager de l’alpage, une réouverture des pré-bois et une maîtrise de la dynamique du hêtre en forêt.

C'est la candidature du GAEC des Chauvettes (LA CHAUMUSE, JURA), dont le siège d’exploitation est située à 40 kilomètres, qui est retenue pour la remise en alpage du site.

Cette candidature présente plusieurs points forts:

  • Proximité
  • Elevage bovin lait engagé dans une démarche de qualité (AOC Comté, …)
  • Besoin en fourrage accru (l’alpage contribue à l’autonomie fourragère de l’exploitation)
  • Pâturage utilisé par les animaux de l’exploitation (génisses laitières)
  • Main d’œuvre disponible pour assurer une surveillance régulière de l’alpage
  • Ouverture au dialogue et à la démarche partenariale avec le Département

Depuis le 7 juin 2017, environ 70 génisses laitières pâturent l’alpage. Elles sont surveillées par une bergère employée à mi-temps par le GAEC, Mme Claire VINCENT. Les bovins auront accès à la zone de pré-bois à partir du 1er juillet afin de respecter le cycle de développement des jeunes tétras dans ce secteur.

 


Inauguration

 (jpg - 27 Ko)

L’inauguration du 19 juillet officialise les travaux réalisés sur l’alpage et le chalet de la Chenaillette et le retour d’une activité agricole sur le site.

En 2017, trois années après l’acquisition du site par le Département de l’Ain, et conformément à l’engagement pris auprès de la SAFER lors de la vente, l’alpage est de nouveau un espace dédié au pastoralisme et accueille un troupeau bovin.

Mise en œuvre dans le cadre de la labellisation « Espace naturel sensible » du site, le projet de réhabilitation de l’alpage a pu aboutir grâce au travail en partenariat avec les acteurs techniques et institutionnels. La réserve naturelle, la SEMA, le groupe tétras jura, l’ONF et le PNR se sont particulièrement impliqués dans la mise en œuvre de ce projet piloté par le Département de l’Ain.

Opération soutenue par l’Etat – Fonds National d’Aménagement et de Développement du Territoire. 

Suite à cette étape de travaux, il s’agit désormais de trouver un rythme de croisière permettant un équilibre entre les différents enjeux du site  (biodiversité, pastoralisme, sylviculture, chasse…). Les outils de cette gestion intégrée sont en place et continueront d’être développés (plan de gestion, baux, convention, suivi, comité de site…) ; ils permettront de faciliter la coordination des activités pastorale, forestière et cynégétique en intégrant pleinement la dimension environnementale du site.

 A suivre...



A voir aussi sur ce site

Les mots à comprendre

Réserve nationale naturelle (RNN) : il existe en France 167 réserves RNN. Une réserve naturelle nationale est un outil de protection des espaces naturels garantissant l'intégrité et la préservation des milieux. Les réserves sont gérées par un organisme local en concertation avec les acteurs du territoire.

CDNPS : La commission départementale de la nature des sites et des paysages « concourt à la protection de la nature, à la préservation des paysages, des sites et du cadre de vie et contribue à une gestion équilibrée des ressources naturelles et de l’espace dans un souci de développement durable ». (art. R 341-16 Code environnement)

CSRPN : Le Conseil Scientifique Régional du Patrimoine Naturel (CSRPN) est une instance de spécialistes, placée auprès du préfet de région et du président du conseil régional, qui peut être consultée pour des questions relatives à la connaissance, la conservation et la gestion du patrimoine naturel régional.

 GAEC : Le Groupement agricole d’exploitation en commun a été conçu à l'origine pour permettre l'exercice en commun de l'agriculture « dans des conditions comparables à celles existant dans les exploitations de caractère familial ». Le principe de cette société est que les associés sont ensemble pour travailler et vendre la production commune.