Des visites pour tous

L’accès de la culture à tous les citoyens et, plus spécifiquement la prise en compte des personnes handicapées, est une volonté forte du Département.

La notion d’accessibilité s’impose aujourd’hui comme une obligation réglementaire depuis la loi de février 2005. Il est important de rappeler que cette démarche est soutenue par une politique globale menée par le Département, qui s’affirme notamment par la gratuité d’accès pour tous les publics empêchés aux sites culturels départementaux.

Dans les musées départementaux, les équipes œuvrent depuis de nombreuses années pour adapter l’offre culturelle aux personnes handicapées. Expositions, animations, activités éducatives, visites guidées sont conçues pour être accessibles au plus grand nombre. Démarche significative puisqu’elle impacte l’ensemble du territoire, au travers de ses musées répartis sur l’ensemble du département. Il s’agit donc d’une offre de proximité pour les usagers, visant à l’égalité d’accès à la culture sur le territoire.

Penser notre offre pour le plus grand nombre, conquérir de nouveaux visiteurs et générer de nouveaux usages doit rester un objectif constant et partagé car de nombreux progrès restent encore à faire.


Accessibilité et confort de visite

 (jpg - 1593 Ko)

Proposer des services adaptés aux personnes handicapées, c’est enrichir l’offre du musée à l’ensemble de ses visiteurs. Les personnes âgées bénéficieront des outils techniques destinés aux personnes malvoyantes, par exemple le plan du musée en gros caractères. Les familles raffoleront des espaces conçus pour les personnes avec un handicap visuel où elles peuvent toucher des objets. Les visiteurs en général apprécieront un accueil personnalisé, à l’écoute de leurs besoins. Musées et sites patrimoniaux doivent permettre à tous de profiter des ressources disponibles.

En tant qu’établissements départementaux recevant du public, les différents sites musées sont accessibles ou en cours d’adaptation conformément au cadre réglementaire sur l’accessibilité. De plus, aux normes d’accessibilité dictées par le statut des établissements, nous ajoutons les préconisations du label Tourisme et handicap : installation d’alarmes lumineuses dans les sanitaires, équipement des banques d’accueil avec des boucles magnétiques... Les équipes sont également vigilantes au confort d’usage des sites, ainsi, différents aménagements ou acquisitions ont été réalisés ces quatre dernières années : mise à disposition de sièges pliants à l’entrée des expositions, prêts de fauteuils roulants pour des personnes mal marchantes, installation de bancs de repos (assis-debout) le long des cheminements, installation de table de pique-nique adaptées...

Les musées départementaux de la Bresse, du Revermont, du Bugey-Valromey et le musée de la Résistance et de la Déportation sont labellisés pour accueillir les personnes en situation de handicap mental et auditif.

A Trévoux, le Carré patrimoines, centre d'interprétation du Pays d'art et d'histoire de Trévoux-Saône-Vallée vient d'être labellisé pour les quatre handicaps.


Des visites adaptées

 (jpg - 98 Ko)

Maquette tactile de la ferme des Planons

La sensibilisation et la formation de tous les agents des musées permettent d’améliorer la qualité de l’accueil des personnes en situation de handicap ou en situation d’exclusion.

Dans les musées départementaux, des livrets de visite permettant une découverte des sites et une visite autonome ont été créés pour les personnes non-voyantes (livret en braille) ; pour les personnes malvoyantes (livret en gros caractères) et pour les personnes déficientes mentales ou psychiques (livret simplifié).

Des visites pour les personnes avec une déficience visuelle sont proposées pour les groupes, des médiateurs sont formés à ce type de visites et des outils de découverte tactile des collections existent : maquette tactile de la ferme des Planons, fac-similé de mitres de cheminées sarrasines, fac-similé de statue de bressane en costume, comparaison tactile de différentes essences de bois…
Il existe différentes activités thématiques sur les sites qui peuvent être proposées aux personnes en situation de handicap mental ou psychique : atelier sensoriel sur les plantes au musée du Revermont, atelier de construction « Terre, bois, paille » au musée de la Bresse, atelier mémoire au musée de Nantua, atelier de découverte à partir de chansons traditionnelles au musée du Bugey-Valromey….

Des animations sont programmées pour proposer une offre culturelle adaptée mais pas isolée. L’animation de clôture du musée de la Bresse consiste depuis trois ans en une après-midi sur le thème des contes, qui propose un spectacle signé pour tous. Des visites en LSF (langue des signes française) sont organisées ce jour-là pour le public sourd qui répond favorablement à cette proposition culturelle (voir plus haut partenariat avec le SILS 01). Pour les journées du patrimoine 2015, les Soieries Bonnet à Jujurieux ont proposé une visite traduite en LSF. En 2014, une exposition monographique « Chatran et Compagnie » consacrée à une artiste peintre contemporaine en situation de handicap mental, Virginie Laurent, a été présentée au musée de la Bresse.

A la Une : les offres de visites accessibles


Développement culturel et inclusion

Le dispositif "Développement culturel et inclusion" du Département de l’Ain vise à soutenir financièrement des projets culturels qui ont pour but de développer les pratiques culturelles ou de favoriser l'accès des personnes en difficulté (personnes handicapées, âgées, hospitalisées...) à l'oeuvre culturelle dans une logique d'inclusion à la société.

Les établissements d'enseignement artistique, les structures d'accueil et les associations engagés dans une démarche forte de prise en compte et d'inclusion des personnes en difficulté peuvent en bénéficier. Il peut s'agir de projets d'inclusion, quelle que soit la forme, par la pratique artistique, de personnes en difficulté dans le tissu culturel local, d'actions concernant les personnes handicapées, d'actions se déroulant en milieu hospitalier et/ou en maisons de retraite.

Modalités d’attribution : Le versement de la subvention départementale interviendra après signature d'une convention qui fera apparaître tous les engagements financiers et les responsabilités juridiques de chaque partie, et plus particulièrement, l'objet et les conditions de réalisation de l'action artistique ou culturelle en faveur des personnes en difficulté. Un bilan quantitatif, qualitatif et budgétaire de l'action conduite devra être adressé au Département de l'Ain après sa clôture. 


Les partenaires locaux

 (jpg - 40 Ko)

Traduction en langue des signes dans l'exposition permanente du musée de la Bresse

Ce programme régional porté au niveau départemental au sein d’un comité local vise à encourager les pratiques culturelles au sein des établissements de santé et des établissements du secteur sanitaire. Une convention entre la Direction Régionale des Affaires Culturelles et l’Agence Régionale de santé permet de soutenir des projets réunissant des établissements sanitaires et de santé, des lieux culturels et des artistes. Le comité local se réunit régulièrement afin d’aider les acteurs des structures sanitaire et de santé à construire leur projet. Ces rencontres constituent un temps d’échanges avec des représentants des lieux culturels et des artistes. En 2015, dans l’Ain, 4 établissements de santé ont bénéficié du dispositif d’aide à projet.

Depuis 2007, une convention entre la Direction des musées départementaux et le SILS 01 permet de proposer une traduction gratuite aux groupes sur réservation. C’est un véritable partenariat car les membres du SILS sont impliqués dans cette ouverture des musées départementaux au public sourd ou mal entendant. Avant leur visite, il y a une vraie appropriation du lieu et des contenus. Le SILS participe également à la promotion de ces visites auprès des institutions et associations de personnes sourdes.

Son but est d’agir et travailler pour réduire des inégalités d’accès à la culture et aux pratiques artistiques en direction des personnes en situation de handicap, démunies, incarcérées, âgées, fragilisées ou marginalisées. Il assure un rôle de passeur, d’accompagnateur de projets, d’assistance, d’expertise et de conseil. Il facilite des rencontres de proximité entre les différents acteurs concernés par la dynamique “culture et handicap”.

Au service des aveugles et malvoyants, l'association peut apporter des conseils et évaluer les projets de supports de médiation adaptés aux personnes non-voyantes. Elle dispose également d'un service imprimerie pour transcrire et embosser en braille intégral ou abrégé à partir d'un document numérisé.