Quand agriculture et biodiversité font bon ménage

Les liens entre agriculture et biodiversité sont très forts. Une multitude de plantes et d’animaux utilisent les espaces agricoles pour se déplacer, se nourrir et de reproduire. La vie des sols et la présence d’insectes pollinisateurs conditionnent directement les rendements des productions agricoles. Bref, agriculture et biodiversité comptent l’une sur l’autre pour exister.

 (jpg - 2239 Ko)

Paysage agricole de l'Ain

Richesses des espaces agricoles

 (jpg - 688 Ko)

Balles de foin dans le Revermont

Les milieux agricoles sont des espaces dédiés à la production de céréales ou à l’élevage. Dans le département de l’Ain, l’agriculture occupe une grande partie du territoire avec 247 000 hectares, soit près de 43% des surfaces. Les productions bovines (lait et viande), les grandes cultures (blé, orge, colza, maïs…), les volailles et le maraîchage sont les principales filières de l’économie agricole du département.


La production agricole n’est pas le seul atout de ces espaces. Ils accueillent un grand nombre d’espèces animales et végétales relevant de la biodiversité ordinaire. Ils abritent même parfois quelques espèces rares parmi les criquets, les  libellules, les papillons ou les oiseaux. La biodiversité présente sur les espaces agricoles est d’autant plus importante que le niveau d’intensification des pratiques est modéré et que l’usage des produits phytosanitaires est restreint.


Souvent méconnue, la biodiversité des sols est d’une richesse inouïe. Elle comprend les vers de terre, les carabes, des champignons,…. qui transforment la matière organique et aèrent les sols. La vie des sols est un élément majeur de la fertilité des sols et favorise de bons rendements de production.

Les pratiques agricoles s'inspirant de l'agroécologie et de l'agriculture biologique s'appuient sur les atouts naturels et la biodiversité des parcelles agricoles et des espaces qui les entourent pour diminuer les pressions sur l'environnement (moins d'intrants et de produits phytosanitaires...) tout en maintenant une capacité de production.


Précieuses prairies

 (jpg - 2821 Ko)

Prairies du Val de Saône

Qu’elles soient destinées à la fauche ou au pâturage, qu’elles soient en plaine ou en montagne, humides ou sèches, les prairies sont souvent des milieux riches en espèces.
Les plus diversifiées d’entre elles comptent une soixantaine d’espèces végétales différentes. La diversité floristique est dépendante de la nature du sol, du climat, des modes de gestion et de l’âge de la prairie. Les plantes et les fleurs composant une prairie ont une influence sur la qualité du lait et cette qualité se retrouve jusque dans la couleur du beurre, la texture et la saveur des fromages.
Une foule d’insectes apprécie les milieux prairiaux parmi eux quelques papillons emblématiques comme l’azuré des palud, le machaon ou le cuivré des marais. Quelques oiseaux nicheurs fréquentent ces prairies : le tarié pâtre, le courlis cendré ou le râle des genêts.
Les prairies sont également le terrain de jeux ou le garde -manger d’un certain nombre de prédateurs des plus communs au plus mystérieux (buse variable, renard, hermine, lynx…)



Les mots à comprendre

Produits phytosanitaires: un produit phytosanitaire se dit d'un produit utilisé pour traiter les végétaux, par exemple contre des maladies ou des insectes. ll peut prendre la forme d'herbicides, d'insecticides, de fongicides, etc.

Agriculture biologique: l'agriculture biologique une méthode pour cultiver la terre, élever les animaux et transformer les produits en respectant la nature. Elle utilise des produits naturels pour préserver les cultures et les terres. L'utilisation de produits chimiques de synthèse et d'OGM est proscrite.

Agroécologie: c'est une démarche qui combine le développement agricole et la protection/régénération de l’environnement naturel. Elle propose une agriculture, qui valorise les agro-écosystèmes, optimise la production et minimise les intrants.