Fête de la Saint-Blaise

La vénération de saint Blaise, saint patron de la commune de Torcieu, se voudrait une réminiscence d'un rite païen de fécondité. Elle est mentionnée dans un acte de 1770 mais elle serait plus ancienne. Elle est avant tout une fête juvénile liée aux conscrits. Cela se passait ainsi.

Statue de Saint Blaise datant du 16e siècle (jpg - 57 Ko)

Des préparatifs bien établis

 (jpg - 54 Ko)

Pain bénit conservé dans l'église

Les préparatifs commencent dès le nouvel an passé. Chaque villageois a son rôle à tenir en vue des réjouissances.
Jusque dans les années 1920, les pompiers se chargent, musique en tête, chaque samedi d’effectuer le tour du village.
En vue de la procession, les conscrits élaborent le montage du Pain bénit dans une cambuse autour d’un ramequin. Sur un support en bois en forme de cône, s’étagent tous les 40 centimètres environ, des couronnes de brioches des plus grosses aux plus petites.
L’installation de fils électriques dans les rues a engendré la réduction de la hauteur de la pyramide… Le Pain bénit n’atteint plus les 4,20 mètres ! Des fleurs en papier de différentes couleurs et des rubans retombants agrémentent l’ensemble. Une orange coiffe le tout. A noter qu’en 1919, ce sont les Anciens combattants qui ont réalisé le Pain Bénit avec cette fois-ci des fleurs tricolores de circonstance.
Quant aux cuisinières, elles font frire en quantité des bugnes qui sont conservées dans des balles à lessives.


Arrive le grand jour… et la foule

 (jpg - 36 Ko)

Statue de Saint Blaise datant du 21e siècle

Saint Blaise est fêté le 3 février, jour de congé pour tous. La date sera ensuite transférée au dimanche le plus proche.
Selon un itinéraire aller-retour immuable, la procession s’ébranle alors. Elle gagne la grande rue par la « cour à Chazelle » et poursuit jusqu’à la Croix de la Chapelle. En tête viennent les pompiers en tenue traditionnelle, tablier de cuir et bonnet à poils. Les enfants de chœur accompagnés du clergé environnant brandissent la croix de procession. Les enfants du village précèdent la statue de saint Blaise datant du 16e siècle qui quitte l’église pour être promenée sur son brancard. Puis vient le Pain bénit. Le conscrit qui le porte sur sa tête doit avoir de solides épaules mais l’on tolère le changement de porteur ! Suivent ensuite les bannières de procession de saint Blaise (datant de 1911) et de la Vierge. Les chantres et la foule ferment la marche. Sans oublier le chant de saint Blaise retraçant sa vie qui a été modifié depuis.
Une fois le demi-tour effectué à la Croix de la chapelle où « pètent les boîtes », la procession se pimente. La statue de saint Blaise se met à « guigner » sans que sa tête soit articulée. Selon la tradition, si le Saint "guigne", cligne de l’œil ou baisse la tête devant une fille, celle-ci se marie dans l'année... Les porteurs de la statue, au demeurant bien informés, se chargent de faire guigner le saint en le penchant !
Le retour à l’église s’effectue par le « Pré à Denis ». La messe peut alors commencer. Au moment de l’élévation, à l’intérieur la « clique » sonne « Aux Champs » et à l’extérieur « trois boîtes pètent ». L’office se termine par la distribution de pain bénit.


Et la fête continue…

Le joyeux cortège de conscrits sillonne ensuite les rues du village. Accompagnés de musiciens, ils s’arrêtent devant chaque maison. L’aubade donnée, ils distribuent les brioches du « Pain Bénit » en échange d’une obole et ceci plusieurs jours durant.
L’après-midi est consacré au bal qui se déroule dans une grange. Un char décoré fait office de scène pour les musiciens. Il est déplacé plus tardivement dans la remise du restaurant Nambotin. Les jeunes gens sont en charge d’aller chercher les jeunes filles à leur domicile pour les conduire au bal. La fête se prolonge la nuit tombée voire au-delà ! Les jours suivants, les conscrits et les conscrites se retrouvent à nouveau.


Et aujourd’hui ?

 (jpg - 108 Ko)

Bannières de Saint Blaise et procession du 3 février 2019

Le Comité d’Animation et la Municipalité vous donnent rendez-vous pour cette fête devenue traditionnelle. Même si le déroulé a quelque peu été modifié, la procession et la messe sont toujours d’actualité. Mais une nouvelle bannière de saint Blaise a vu le jour en 2004 pour préserver l’ancienne bannière restaurée en 2002-2003. La statue de saint Blaise âgée d’au moins 5 siècles reste désormais dans l’église. Une nouvelle création a été réalisée en 2004 pour partir en procession. Le Pain bénit est devenu une pyramide réalisée uniquement en fleurs multicolores. Il est désormais conservé à l’église d’une année sur l’autre. Et les conscrits ne sont plus les porteurs.



Les mots à comprendre

saint Blaise de Sébaste : médecin et évêque martyrisé en Arménie en 316. Selon la tradition il intercède dans les cas de maladie de gorge. En Lorraine perdure la bénédiction de petits pains briochés censés protéger des maux de gorge.

cambuse : local où se réunissent les hommes, sommairement aménagé

ramequin : petit fromage se mangeant en fondue fabriqué traditionnellement dans les villages aux alentours de Saint-Rambert-en-Bugey

bugne : beignet

balle de lessive : grande corbeille en osier pour transporter le linge

guigner : faire un signe

péter les boîtes : faire sauter des explosifs de fabrication artisanale dans des boites de conserve

A lire sur le sujet

Richesses touristiques et archéologique du canton de Saint-Rambert-en-Bugey, 1984

Tavernier, Henri, Torcieu d'Antan, 1989

Di Carlo, Jacqueline, Dans le silence de nos églises, 1999

Ouvrages en consultation au 
Centre de documentation - Service Patrimoine culturel