Les Soieries Bonnet à Jujurieux

Le patrimoine des Soieries Bonnet à Jujurieux constitue un exemple rare de préservation, dans son intégralité, d’un ensemble complet de l’industrie textile permettant de saisir en un même lieu toutes les composantes du patrimoine industriel, dans leur dimension matérielle et immatérielle.

Piqueuse accélérée, Soieries Bonnet (jpg - 184 Ko)

Un emblème de l'industrie textile dans l'Ain

Vue des Soieries Bonnet vers 1870 (jpg - 83 Ko)

Vue des Soieries Bonnet vers 1870 Photographie attribuée à Gabriel Joguet

Les Soieries Bonnet constituent un emblème du patrimoine de l’industrie textile dans l’Ain.

Au début du 19e siècle, l’activité industrielle est modeste dans la partie occidentale du Bugey où se situe Jujurieux. La filature de coton se faisait à domicile dans les villages de la région de Nantua et le tissage de toiles de chanvre se rassemblait autour de Saint-Rambert-en-Bugey. Jujurieux et Cerdon comptaient une quinzaine de métiers à tisser le chanvre. Le travail de la soie apparait dans la région vers 1830. Il s’accompagne d’une vraie floraison industrielle à Nantua où des maisons de soierie lyonnaises implantent progressivement métiers à tisser, mûriers et magnanerie (local où se pratique l'élevage des vers à soie), surtout vers 1850.

Un autre foyer d’implantation se situe dans la vallée de l’Albarine, entre Tenay et Saint-Rambert-en-Bugey, localités où l’énergie hydraulique favorise la filature de laine, puis de soie et traitement de la schappe, industrie valorisant les déchets de soie. A Ambérieu-en-Bugey, une fabrique de draps de laine, s’oriente vers la soierie vers 1860.


Une usine-pensionnat à la campagne

Bâtiment de ménage et chapelle, vers 1900 (jpg - 85 Ko)

Bâtiment de ménage et chapelle, vers 1900. Photo : Cl. Corne

Claude-Joseph Bonnet fonde à Lyon en 1810 une maison de soieries et implante à partir de 1835, dans le paysage rural du Bugey, une usine-pensionnat que l’histoire conduit à son terme en 2001.

Implantés au cœur de Jujurieux, les établissements Bonnet ont profondément marqué l’histoire, le paysage et les mémoires de ce village du Bugey. La création de l’usine de Jujurieux s’inscrit dans le phénomène d’industrialisation de la soierie de Lyon. Ce courant s’accompagne de l’implantation d’usines-pensionnats à la campagne, dont les Soieries Bonnet constituent le fleuron par sa précocité, sa longévité et par l’ampleur de ses effectifs.

Véritable « ville dans la ville », la manufacture regroupe lieux de production et lieux de vie, significatifs de l’organisation industrielle, sociale, morale et religieuse des Soieries Bonnet, de l’usine-pensionnat à la fabrique au village.

Les Soieries Bonnet en photos


Un site préservé

Quelques mois avant la fermeture, le dernier dirigeant des Soieries Bonnet sollicite la Commission régionale du patrimoine et des sites pour examiner une protection des locaux et des métiers à tisser au titre des Monuments historiques. La Direction régionale des affaires culturelles Rhône-Alpes (Drac) valide alors le principe d’une inscription  de l’ensemble du site, particulièrement représentatif de l’histoire industrielle et sociale dans la région de Lyon aux 19e et 20e siècles, malgré le démontage du pensionnat en 1945 et la destruction de la cheminée haute en 1975.

La protection au titre des monuments historiques est prononcée le 31 janvier 2003. Cette mesure concerne les derniers locaux utilisés par la Société d’exploitation des tissages Bonnet (SETB) : l’usine et le bâtiment de la forge abritant aujourd’hui le musée des Soieries Bonnet, ainsi que des bâtiments significatifs de l’organisation paternaliste des Soieries Bonnet. Appartenant à différents propriétaires publics ou privés, elles abritent de multiples activités. 


Une empreinte dans le paysage de Jujurieux

Cité ouvrière de Rossillon (jpg - 195 Ko)

Cité ouvrière de Rossillon

Ce patrimoine préservé et les traces archéologiques qui l’accompagnent représentent une richesse patrimoniale et un véritable héritage collectif.

Moins visibles et plus méconnues que le bâti monumental et les collections "Musée de France", les traces archéologiques des Soieries Bonnet constituent des témoignages fragiles de l’activité industrielle et des trames de vies de l’usine-pensionnat. 



à lire sur le sujet

C.J. Bonnet, Images de la soierie lyonnaise anciennes et nouvelles à Jujurieux (Ain), Henri PANSU, Editions du XX mars, Lyon, 1996

Claude-Joseph Bonnet, Soierie et Société à Lyon et en Bugey au 19e siècle, Henri PANSU, Aux temps des pieux notables, de Lyon à Jujurieux, 2012

Soieries Bonnet, guide des collections départementales de l'Ain, 2011 - Commander cet ouvrage

Ouvrages en consultation sur rendez-vous au centre de documentation de la Direction des musées départementaux. Contact : 04 74 32 10 60