Archéologie Préhistorique entre Saône et Rhône

Une nouvelle association ayant pour principales orientations la recherche, la conservation et la valorisation du patrimoine préhistorique présent dans le centre-est de la France, vient d'être créée sur notre territoire.

 (jpg - 39 Ko)

Pour l’étude et la promotion de l’archéologie préhistorique

 (jpg - 2784 Ko)

Galet de la Colombière (Neuville-sur-Ain)

En ce début d’année 2018, un heureux événement a été annoncé dans le milieu du patrimoine de l’Ain : la naissance de l’association « Archéologie Préhistorique entre Saône et Rhône (APSR) » à l’initiative de deux archéologues originaires de l’Ain passionnés par la richesse de notre territoire en sites préhistoriques parfois méconnus.
Les principales orientations de l’association sont la recherche, la conservation et la valorisation du patrimoine préhistorique présent dans le centre-est de la France. Plaque tournante entre le bassin rhodanien au sud et les plateaux suisses et jurassiens au nord, cet espace géographique spécifique contrôlé par deux cours d’eau importants abrite de nombreux vestiges des populations de chasseurs-cueilleurs, du Paléolithique moyen au Mésolithique. La richesse et la diversité, symbolisées par les gisements de La Colombière (Neuville-sur-Ain), de La Croze (Saint-Martin-du-Mont), des Romains (Virignin), des Hoteaux (Rossillon), de La
Chênelaz (Hostias), de l’abri Gay (Poncin), des Charmes (Sermoyer) ou de Sous-Balme (Culoz), trouvent un écho bien au-delà des frontières régionales et hexagonales. Ce territoire verra les dernières cultures nomades venir progressivement faire place aux premiers paysans du Néolithique, comme en témoigne la séquence de la Grotte du Gardon (Ambérieu-en-Bugey), puis aux premiers métallurgistes de la Protohistoire.

Soucieux de préserver un patrimoine si précieux mais aussi fragile, la volonté de l’association « Archéologie Préhistorique entre Saône et Rhône» s’affiche à travers plusieurs objectifs clairs impliquant :
- La recherche et la prospection préhistorique en accord avec la loi.
- La conservation et la restauration des vestiges archéologiques.
- L’archivage et la conservation des données matérielles, bibliographiques et photographiques.
- L’inventaire des sites archéologiques.
- La valorisation du patrimoine culturel préhistorique.
- L’acquisition d’ouvrages (pour créer un fond de documentation) et d’objets archéologiques détenus par des particuliers ou des collectivités.


Adhérer et suivre les activités de l’association

 (jpg - 931 Ko)

Galet de la Croze (Saint-Martin-du-Mont)

L’enjeu de cette première année d’existence est donc de poser les fondements de l’association, légitimer son champ d’action et contribuer à écrire les premiers chapitres d’une nouvelle structure qui se veut pérenne. Dans cette optique, devenir adhérent, c’est participer à ce projet associatif en se constituant acteur et en déterminant sa politique, notamment lors de l’assemblée générale qui se déroulera chaque été.

D’un montant de 15 euros, l’adhésion annuelle permettra de recevoir régulièrement des informations sur les recherches, participer à des rencontres culturelles et patrimoniales, apporter des connaissances afin de créer et d’organiser des pôles scientifiques thématiques, ainsi que partager, tout simplement, un lien privilégié avec l’association. Des manifestations et projets verront rapidement le jour et rythmeront «au quotidien» la vie de l’association.

Ainsi, un programme destiné au grand public sera proposé dans le cadre des Journées nationales de l’Archéologie (15-17 juin 2018), autour d’une exposition, accompagnée d’une conférence et d’une visite de l’un des sites les plus emblématiques du département de l’Ain : La Colombière à Neuville-sur-Ain.